| Imprimer

Faune des rivières

 

Le peuplement piscicole


Le réseau hydrographique des bassins est en grande partie classé en première catégorie piscicole (salmonidés dominants). La seconde catégorie (cyprinidés dominants) s’étend sur l’aval du Rhins à partir de la commune de St Victor sur Rhins, sur le Gand et sur la Trambouze aval.


Les inventaires piscicoles font état d’une faune perturbée à très altérées sur 80% des stations étudiées.


La truite disparait très rapidement au profit du couple chevesne-goujon, très tolérant vis-à-vis des altérations physico-chimiques et thermiques de l’eau.


Il faut souligner la présence de Lamproie de Planer, espèce patrimoniale, sur certains affluents du Rhins amont.


La présence de poissons migrateurs tels que l’anguille sur l’aval du bassin est suspectée. Les opérations d’aménagement des obstacles à la libre circulation des poissons permettront d’améliorer leur remontée dans nos rivières.


On retrouve aussi des écrevisses à pieds blancs (ou à pattes blanches) (Austropotamobius pallipes) sur l’amont du Reins et de ses affluents sur près de 20km de linéaire fractionnés en une vingtaine de population. Cette espèce naturellement présente dans ces secteurs est en forte régression. Il s’agit d’une espèce protégée au niveau national, menacée par la dégradation de ces habitats et le développement des populations d’écrevisses exotiques telles que l’écrevisse signal (ou de Californie).

 

 

 Ecrevisse à pattes blanches

 

Chabot

Retrait de résineux en bordure du Reins

Le premier chantier de suppression d’une bande de résineux le long du Reins a été réalisé en septembre 2016 sur les communes de Thel et Ranchal. Du fait de leur système racinaire non adapté, les résineux déstabilisent les berges accentuent donc leur érosion. La terre et le sable issue de cette érosion viennent alors colmater le lit du cours d’eau ce qui dégrade voire détruit les habitats des poissons et écrevisses.

     

 

  fiche reflexe recto1    libellule janv2018 couv