| Imprimer

Zones humides

 

Les zones humides englobent une foule de milieux qui ont en commun la présence, permanente ou temporaire, en surface ou à faible profondeur dans le sol, d’eau disponible douce, saumâtre ou salée. Elles existent en nombre très important en France et diffèrent de par leur superficie, diversité biologique, fonctionnement écologique, mode d’exploitation…

Elles assurent de nombreuses fonctions au sein des bassins versants « Rhins-Rhodon-Trambouzan » telles que la régulation hydraulique, un rôle épurateur et des fonctions écologiques, économiques et récréatives. Les détruire reviendrait à laisser s’installer des crues, l’érosion accélérée des berges, l’altération de la qualité de l’eau et une incidence quantitative sur la ressource. C’est pourquoi des politiques de préservation en leur faveur a été mise en place : loi sur l’eau (1992), loi sur le Développement des Territoires Ruraux (2005), contrats de rivières…

Cependant, les mesures de protection forte n’ont pas été suffisantes pour freiner la régression des zones humides en France. D’autres politiques basées sur une démarche concertée entre les différents acteurs ont dû être mobilisées. Pour ce faire, la Communauté de commune du Pays ‘Amplepuis-Thizy, la Communauté de communes du Pays entre Loire et Rhône et les Communautés de communes du Pays de Perreux et du canton de Blemont ont souhaité intervenir à travers le contrat de rivières « Rhins-Rhône-Tranmbouzan » dont l’un des objectifs prioritaires est l’amélioration des connaissances concernant les zones humides et leur territoire.

C’est dans cette optique qu’a été engagé l’inventaire de 1700 ha de zones humides sur le territoire. Les objectifs principaux de cet inventaire sont la cartographie des zones humides, l’évaluation de leur intérêt patrimonial et leur hiérarchisation. De surcroît, l’inventaire a fourni une information objective qui sera prise en compte par les élus dans les politiques locales.


L’inventaire a permis de déterminer que les zones humides sont majoritairement de petite taille (moins de 5 ha pour les ¾ d’entre elles) et ont essentiellement une fonction hydrologique. Une part importante d’entre elles se trouve menacée par l’urbanisation (pollution, remblai, ripisylves dégradées…) et par l’agriculture (pollutions des eaux, drainage, retenues collinaires…).

Il existe une vingtaine de zones humides remarquables qui constituent une véritable plus-value économique, paysagère et culturelle sous-valorisée. C’est la raison pour laquelle une communication autour des intérêts des zones humides s’est avérée indispensable.

Retrouvez le rapport principal de l’inventaire des zones humides dans notre rubrique Brochures et documents.

 

Zones humides


Il existe une faible diversité d’habitats. Il s’agit majoritairement d’habitats assez ordinaires (prairies à joncs peu riches en fleurs, ripisylves étroite et peu diversifiée…). Cependant, quatre habitats naturels d’intérêt européen ont été recensés :
-    Forêts alluviales d’aulnes et de frênes
-    Végétation des lacs eutrophes naturels
-    Berges vaseuses de rivière à Bidention
-    Mégaphorbiales eutrophes


Un autre habitat remarquable a été identifié : des tourbières à sphaignes d’altitude (bois de bouleaux à sphaignes) dans la partie Rhône du territoire.


Concernant les espèces végétales protégées inventoriées, on retrouve :
- une espèce végétale protégée au niveau national : La Pulicaire vulgaire (Pulicaria vulgaris)
- la renoncule scélérate (Ranunculus sceleratus)
- l’oseille maritime (Rumex maritimus)


On note également la présence d’autres plantes remarquables mais non protégées :
- Wahlenbergie à feuilles de lierre (en régression et en limite d’aire de répartition)
- Linaigrette à feuilles étroites (Eriophorum angustifolium)
- Comaret (Potentilla palustris)
- Fougère des montagnes (Oreopteris limbosperma)
- Dorine à feuilles opposées (Chrysosplenium oppositifolium)
- Scirpe sétacé (Isolepis setacea)…


Par ailleurs, plusieurs espèces animales adaptées aux conditions de vie des zones humides sont protégées. Citons à titre d’exemple :
- Mammifères : Grand Murin
- Oiseaux : Martin pêcheur, Héron cendré, Aigrette garzette, Vanneau huppé, Grèbes, Fuligules, Canards…
- Reptiles : Couleuvre à collier
- Amphibiens : Triton palmé, Triton crêté, Pélodyte ponctué, Sonneur à ventre jaune…
- Poissons : Lamproie de Planer
- Invertébrés : Écrevisse à pieds blancs dans quelques ruisseaux de tête de bassin versant (signe de bonne qualité des eaux)

 

Sécheresse : Poursuite et renforcement des restrictions des usages de l’eau

Le déficit pluviométrique et les températures supérieures aux normales enregistrés depuis plusieurs mois prolongent l’étiage sévère et durable des cours d’eau de cet été. Les débits des différentes rivières de notre territoire sont faibles voire très faibles. Les usages de l'eau sont donc restreints par deux arrêtés départementaux.  

     

 

  fiche reflexe recto1    libellule janv2018 couv