| Imprimer

Jardiner sans pesticide

Jardiner sans pesticide

 

Afin de limiter le développement des mauvaises herbes, limiter les dégâts des insectes, nous sommes tentés d'utiliser des herbicides, insecticides, fongicides... Pourtant, ces produits chimiques ne sont pas sans conséquence pour notre santé et notre environnement.

 

         Les milieux aquatiques sont contaminés essentiellement par deux voies : une partie des pesticides appliqués dans les jardins est emportée par ruissellement et se retrouve dans les rivières, une partie s'infiltre dans les sols où ils rejoignent les nappes d'eau souterraines...

 

         Ces molécules se dégradent plus ou moins rapidement mais se transforment en nouveaux produits, parfois plus polluants. Présents dans les rivières, ils contaminent et intoxiquent les espèces présentes (insectes, batraciens, poissons) qui sont mangés par des prédateurs tels que les oiseaux qui sont alors à leur tour contaminés. De plus, l'eau des rivières et des sources est utilisée pour l'abreuvement des animaux, l'irrigation et l'alimentation en eau potable, les produits phytosanitaires peuvent ainsi se retrouver dans tout notre environnement.

 

         La brochure ci-dessous vous fournira plus d'éléments sur les atteintes à l'environnement et la santé. Cliquez dessus pour la télécharger.

brochure-zp-bassin-versant bd couv

 

         Jusqu'à présent, les rivières de notre territoire sont peu contaminées même si on retrouve ponctuellement des molécules. Afin de conserver ce bon état voire d'améliorer cette situation, il est possible de réduire ou de stopper l'utilisation de ces pesticides pour son jardinage.

 

         L'idée est de respecter les équilibres du jardin pour favoriser les prédateurs naturels des nuisibles (coccinelles qui se nourrissent de pucerons) et créer des conditions limitant le développement de maladies par exemple. Voici quelques grands principes à mettre en place :

 

   1. Couvrir le sol par des paillages, des plantes couvre-sol qui limiteront le développement des plantes indésirables ;

 

   2. Choisir des plantes adaptées au jardin (sol, climat, exposition) qui seront plus résistantes ;

 

   3. Entretenir la fertilité du sol en développant l'activité des vers de terre et des micro-organismes par des apports réguliers de compost et par la mise en place de paillis ;

 

   4. Penser à la rotation des cultures légumières qui limite le développement des maladies et des parasites ;

 

   5. Créer un environnement favorable aux plantes et animaux du jardin : haies fleuries et champêtres tapissées de feuilles mortes, fleurs en toute saison, point d'eau permanent dans le jardin, abris à insectes... qui attireront des espèces auxiliaires (oiseaux, insectes...) qui pourront réguler le développement des nuisibles (limaces, pucerons...) ;

 

   6. Ne pas laisser les herbes envahissantes fleurir puis grainer ;

 

   7. Utiliser des outils adaptés et travailler la terre au bon moment.

 

Retrouver plus d'information sur le site : http://jardineraunaturel.org et http://frapna-zeropesticide.fr/

 

ou en téléchargeant les brochures suivantes :

mon-potager-sans-pesticide couv         guide jardineraunaturel

 

Retrait de résineux en bordure du Reins

Le premier chantier de suppression d’une bande de résineux le long du Reins a été réalisé en septembre 2016 sur les communes de Thel et Ranchal. Du fait de leur système racinaire non adapté, les résineux déstabilisent les berges accentuent donc leur érosion. La terre et le sable issue de cette érosion viennent alors colmater le lit du cours d’eau ce qui dégrade voire détruit les habitats des poissons et écrevisses.

     

 

  fiche reflexe recto1    libellule janv2018 couv